Le Brésil vu par un Français qui vit à Balneario Camboriu
Random header image... Refresh for more!

Il n’y pas pire que le pauvre qui devient riche

Ici au Brésil, je pense souvent à ce que disait mon arrière grand-mère. « Il n’y pas pire que le pauvre qui devient riche ». Il y a soixante ans la ville de Balneario Camboriu n’existait pas, c’était plutôt un petite baie de pêcheurs que personne ne valorisait. Cette photo prise en 1950 permet de voir que la plage n’est composée que de petites baraques en bois où vivaient quelques pécheurs.



balneario camboriu en 1950

Balneario camboriu en 1950

Ces quelques pêcheurs on acheté des lopins de terres à des prix complètement dérisoire à l’époque.  Le temps  a passé. La ville en soixante ans est passée de l’état sauvage à l’état de l’hyper urbanisation avec  des immeubles construit de plus en plus hauts.

Balneario Camboriu aujourd'hui

Balneario Camboriu aujourd'hui

Le prix du terrain est aujourd’hui tel, que ça dépasse les rêves les plus fous des plus fous des spéculateurs immobiliers. Autant vous dire que les pêcheurs qui n’ont pas venu leur lopin de terre, aujourd’hui sont multimillionnaires.  Ces pécheurs maintenant roulent plutôt en Porsche Cayenne et vivent dans des appartements de luxe troqués par la vente de leur terrains. A titre d’exemple, Dona F., une vieille dame que nous connaissons bien,  vient de troquer sa baraque en bois, pour 4 appartements d’une valeur de 1 Millions d’Euros chacun et de 7 salles commerciales d’une valeur de 500 mille euros chaque, d’une trentaine de place de parking et d’un petit million cash! Ses quatre enfants vont être contents!  Ok la baraque en bois se situe sur un terrain d’environ 3000 mètres carrés en plein centre ville.

Autant vous dire qu’ici, des milliers de nouveaux riches se la pètent pas possible et parfois je suis un peu obligé de fréquenter ce monde.  Il est vrai que ma Zafira veille de 5 ans, fait un peu tâche par rapport aux voitures des parents des copains et copines de mes enfants.  Et leur conversation  commence souvent par « mon bâteau, ma ferme, mes voitures, ma maison, mon appartement, mon compte en banque, mon business et mon dernière voyage à Paris ou à New York ».  Personnellement, je me tais et j’embraye sur une conversation plutôt philosophique et déroutante, juste pour secouer un peu le pauvre d’esprit.

Pour lire la conversation déroutante c’est sur

 1sens.net/savez-vous-à-qui-vous-parlez-la-phrase-du-looser

  • Flux RSS

  • Catégories