Le Brésil vu par un Français qui vit à Balneario Camboriu
Random header image... Refresh for more!

Devenir photographe au Brésil : auto entrepreneur


Je viens de visualiser cette vidéo faite par un photographe brésilien fort sympathique et qui nous offre ses conseils gratuits de photographe professionnel au Brésil. Etre photographe au Brésil comporte quatre inconvénients majeurs ou disons 4 problèmes que les photographes français n’ont pas. Ce genre d’exemple pourra s’appliquer à n’importe quel job d’entrepreneur individuel.



1) Le prix des équipements plus élevé.

J’ai déjà dit que les prix du matériel électronique au Brésil est deux fois plus élevé qu’en France. En ce qui concerne la photographie, la ratio varie en fonction du produit, mais ce n’est tout de même pas trop la mort. . Le photographe brésilien se verra donc avec une marge amputée par l’investissement qu’il a à faire pour se lancer dans le business.

  • Exemple
    • un  appareil photo semi pro canon 70 D tourne à 5500 soit 1700 euros, en France sur Amazon on trouve l’appareil photo à 1300 euros soit 30% plus cher au Brésil (ce n’est pas la mort, mais tout de même).
    • un Sekonic L-308 DC DigiCineMate coûte au brésil 1527 real contre 257 euros en france soit 809 reals soit 88% plus cher.
    • Un flash  Canon Flash 600EX RT coûté au Brésil 2100 reals contre 480 euros en France, soit 1476 reals soit 42% plus cher, aux usa, le prix en réal est e 1 229 reals soit 70% plus cher.
    • …/…

N’oublions pas le véhicule nécessaire pour se rendre aux lieux de shooting.

2) La sécurité 

En fait, le photographe nous affirme que pour certaines prises de photos, il engage un garde du corps (segurança)  pour faire des photos. Je doute qu’en France qu’un photographe pro embauche un garde du corps pour faire les photos de son client. J’imagine même que dans certaines situations on refusera une affaire car le lieu de shooting est dangereux, même avec un garde du corps. Notez qu’il faudra bien connaître le garde du corps, car il pourrait être aussi de connivence avec les malfaiteurs.

Ce coût vient donc en plus par rapport à un photographeFrançais.

3) Le marché 

Un peuple dont le pib est de 12 802 dollars  par habitant et par an contre 44 007 en France ne peut pas avoir les mêmes besoins.  Le rapport de richesse étant de 3.5 à population égale, le marché serait dont 3,5 fois moins juteux.  Heureusement que la population est plus élevée, ce qui va peut-être compenser le PIB par habitant 202 millions pour 66 millions en France, c’est un rapport de 3.  Malheureusement ce n’est qu’une moyenne car ici au Brésil, les riches sont très riches et les pauvres sont très pauvres (c’est moins vrai depuis que le président Henrique Cardoso a jugulé l’inflation).

Canon D 70

Mon estimation c’est que le marché de la photo au brésil est bien plus restreint, car la répartition des richesses n’est pas la même qu’en France. Cela dit, y a un marché de la photo au Brésil, donc y a de la place pour tout le monde.

4) L’exigence des clients. 

L’exigence des brésiliens en matière de qualité d’un produit est bien moindre que dans des pays comme la France, ça va avec la photographie.  Un photographe qui va acheter un DSLR d’entrée de gamme, va faire l’affaire dans la plupart des cas. Un bon soleil en extérieur , sans flash ni réflecteur, ni diffuseur, ça marche très bien.

Pour faire du haut de gamme, je dirais même du moyen de gamme ici au Brésil, le marché à mon goût est encre plus restreint mais pas nul bien sûr. C’est d’ailleurs ce créneau que j’étudie.

Alors, où sont donc les avantages? Plutôt toucher le chômage en France?

J’imagine tout de même qu’on peut se rattraper sur pas mal de choses qui me font dire que peut-être même qu’avec ses 4 problèmes, on peut tout de même faire du business photo au Brésil

1) Fiscalité avantageuse eu Brésil . 

1) la fiscalisation en tant qu’entrepreneur individuel est vraiment avantageuse au Brésil, puisqu’il suffit de s’acquitter d’une taxe peu élevée tous les mois de 42 reals par mois et hop c’est tout !

2) Pour monter son entreprise ça prend 5 minutes. 

Si vous montez votre entreprise individuelle, ça se fait en ligne et ça prend 5 minutes pour avoir le CNPJ, l’équivalent du SIRET en France.  Attention ceci n’est valable que pour une entreprise individuelle, pour des trucs plus costaud, il faudra prendre une société de comptabilité qui vous fera tout pour un prix assez rraisonnable(3500 real pour poser les statuts de la société, et 500 relal par mois pour gérer la société), 25 reals par mois et par employé pour les fiches de paye… (c’est un autre chapitre que j’aborderai un autre fois);

3) La main d’oeuvre pas chère. 

Si vous avez une commande photo, vous allez pouvoir trouver des maquilleurs, des accessoiristes,  voire des modèles pour pas trop cher.

4) Le paraguay n’est pas loin. 

Au Paraguay, c’est le paradis des produits non taxés, alors, prenez un jour votre voiture et faites le plein de matériel photos. De plus si vous faites un tour aux USA ou en France de temps en temps, il faudra faire chauffer la carte bleue pour ramener du matos. Notez qu’il existe un marché parallèle de recèle d’objet volé, mais là franchement, je ne conseille pas ce genre de magouille. A moins que vous vouliez un jour tester les magnifiques prisons brésiliennes.

Conclusion

J’ai pris l’exemple de la photo, j’aurais pu prendre un autre exemple, mais la photo m’intéresse et je vais peut-être me lancer dans ce business en 2015. Tout ça pour écrire, que quand on veut monter un business au Brésil, il faut prendre en compte tous ses facteurs (ben oui, c’est partout pareil). Comme tout business, faut que ça décolle et surtout, comme tout business, il faut être passionné par ce qu’on veut faire, sinon ça ne marche pas. En tout cas, la faible fiscalité sur l’entreprise individuelle au Brésil et un véritable atout et compensera le prix élevés du matériel photo.

 

 

11 commentaires

1 Nico { 10.09.14 at 12:41 }

À noter que les professions intellectuelles au Brésil étaient exclues du régime « Simples Nacional » mais une loi vient de changer cette restriction. À partir du 01/01/2015 cela devient possible.

2 thierry { 10.09.14 at 12:57 }

@nico merci pour l’info. Dans la page web http://bit.ly/portaldoempreendedor1 le photographe est dans la liste, comme je ne vais pas faire une fortune avec mon activité, ça me va bien.

3 Nico { 10.09.14 at 1:27 }

J’aurais ouvert un MEI depuis longtemps si ma profession de développeur informatique était inclue. Heureusement qu’ils ont modifié cette loi.
Ça n’avait pas de sens pour un individuel de devoir créer une vraie entreprise avec tous les frais de comptabilité que tu as cité.

4 thierry { 10.09.14 at 1:57 }

@nico y a toujours des rubriques côté micro emprededor qui peuvent coller, comme INSTRUTOR(A) DE INFORMÁTICA, INSTALADOR(A) DE REDE DE COMPUTADORES DIGITADOR qui vont ressembler à ce que tu fais et ça va coller vis à vis du fisc. De mon côté, mon job de blogueur n’exite pas, mais je suis digitador, car je tape sur mon clavier….

5 Nico { 10.09.14 at 2:19 }

Oui j’aurais pu faire ça mais d’un autre côté, je sais que ça aurait pu ne pas plaire à certains de mes clients.

Donc en attendant, je me faisais payer en RPA (Recibo de Pagamento a Autônomo).

6 manu { 02.09.15 at 5:51 }

Bonjour,

Quel type de visa doit-on avoir pour pouvoir obtenir un CNPJ ? je m’explique ma femme est expatriée au Brésil, elle a un visa temporaire, le mien est adossé au sien. Je suis consultant indépendant et trouver des clients au Brésil. Est-ce que je peux demander ce CNPJ ?

7 thierry { 02.09.15 at 6:22 }

@manu, bonne question. J’imagine que tu es donc au Brésil. Le mieux serait de faire une consultation chez un comptable qui pourrait t’orienter. Car au Brésil, il y a deux documents importants à avoir dans la poche. Le CPF (numéro du fisc) et le RG dans ton cas la carte de séjour. Vient aussi le problème de la nationalité. Je ne sais pas dans quelle ville tu te trouves, mais j’imagine que tu vas pouvoir trouver un comptable qui sait de quoi il parle. Normalement le première consultation est gratuite.

8 manu { 02.09.15 at 9:08 }

@thierry. Merci pour l’info. J’ai mon CPF et mon RNE (en fait le provisoire et je vais bientôt avoir le définitif). Je vis à Sao Paulo depuis 5 mois. Je devrais pas avoir trop de mal à trouver un comptable. Je viens de découvrir ton blog et c’est plein d’informations intéressantes.
Bonne continuation

9 thierry { 02.11.15 at 5:24 }

@manu; bonne chance dans tes démarches, si on te dis que tu ne peux pas travailler au brésil, je pense que tu vas surement adopter « o jetinho brasileiro ».

10 arnaud { 09.28.15 at 7:25 }

Le metier de photographe est réglementé maintenant. Il faut un diplôme

11 thierry { 09.28.15 at 8:42 }

@arnaud, tout est réglementé dans ce pays, mais ça n’empêche pas de faire payer pour des photos. en tout cas, pour l’instant tout va bien. 😉

  • Flux RSS

  • Catégories